Image

Turkish Delight le loukoum

age to buy viagra Turk­ish Delight c’est comme ça qu’on m’appelle. Je l’aime bien mon nom, ça me fait penser à un bon­bon, à un louk­oum pour être pré­cis. Je suis aussi doux, beau et moelleux qu’un loukoum.

http://socialexposure.media/2013/12/17/welcome-to-social-exposures-blog/ Oui, je l’aime bien mon nom. Enfin… je l’aimais bien mon nom. Jusqu’à hier.

Hier, ma maîtresse m’a amené ici. Je les ai bien vues qu’elles com­plotaient. Elles par­laient à voix basse pour que je n’entende pas. Elles dis­aient des trucs à mon pro­pos. Elles me regar­daient de bas en haut, de haut en bas. Elles ont fait pareil de droite à gauche. Je n’aime pas qu’on me regarde comme ça et qu’on parle de moi à voix basse. Non, je n’aime pas.

Elles ont rigolé aussi. Je n’aime pas quand on rigole de moi. Elles ont regardé mon dos, pointé du doigt mes courbes et mes creux. OUI, j’ai du ven­tre et alors ? OUI, même mon cou a pris en épais­seur et alors ? OUI mon der­rière aussi est un peu volu­mineux et alors ? Elles se sont vues les deux-là ?

Et puis, ma maîtresse a pris un mètre-ruban. Elle a relevé mes men­su­ra­tions et les a inscrites dans son car­net. Elles ont con­tinué à rigoler et papoter en me jetant des coups d’œil de temps en temps. J’ai quand-même sur­pris deux ou trois mots de leur con­ver­sa­tion. Il y a eu le mot « pain » et ensuite « pomme » Je crois avoir com­pris égale­ment « plus large que haut » mais je ne sais pas ce que ça veut dire. Moi j’aime bien le pain et les pommes.

Et ma maîtresse est par­tie. J’ai vu sa voiture rouge par­tir sans moi. La dame s’est approchée de moi. Elle a passé sa main dans mes cheveux. Elle a écarté une mèche qui me tombait devant les yeux. Et elle a dit : « Turk­ish Delight, tu portes un bien joli nom. Il te va à ravir. Un peu trop même. Ne t’inquiète pas, tout ira bien. Ici au Cot­tage, je prendrai soin de toi» Moi j’aime bien quand on me dit que j’ai un beau nom et qu’on va pren­dre soin de moi. J’étais con­tent, alors quand elle a ouvert la bar­rière, je me suis mis à courir. J’étais heureux. Elle m’a rejoint alors que j’avais les pieds dans la riv­ière. Elle a dit « j‘espère que ton nou­veau pré te plaît » et elle a con­tinué à me par­ler pen­dant longtemps. J’ai penché la tête sur le côté, j’ai bien peur qu’il s’agisse là d’une erreur…

NON ! NON ! Moi, Turk­ish Delight, aussi doux, beau et moelleux qu’un louk­oum. NON ! Moi Turk­ish Delight, qua­tre ans, poney de mon état, je veux retourner dans mon pré avec mes copains, là où les enfants nous don­nent du pain et des pommes et même par­fois un sucre. NON ! Moi, Turk­ish Delight je refuse qu’on me mette au régime !

Turkish Delight2

Note de l’auteur : je ne lui ferai pas l’affront de pub­lier une photo de lui “en pied”… car il est effec­tive­ment plus large que haut…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Comments

  1. Mmm­mmm un louk­oum à la rose… Délice sucré! No choco­lat suisse surtout et encore moins de fraises tagada surtout!
    Est-il tombé dans le bon pré? Diété­tique­ment J’en doute 🙂 Prends bien soin de lui affectivement !

    • Même mon Chéri n’a pas le droit de toucher à mon choco­lat ni de regarder la boîte de Tagada, sinon je mords !
      Oui, il est dans le bon pré ce joli Turk­ish Delight, on a pas eu de pluie depuis très très longtemps, il n’a pas grand-chose à brouter… et il n’y a pas d’enfant à prox­im­ité pour lui don­ner des frian­dises… (je le nour­ris le soir pour être sûre qu’il a les nuri­ments nécés­saires…)
      Rholàlà… il porte telle­ment bien son nom celui-là :-))
      Merci la Fab pour ton com­men­taire, bises 🙂

  2. J’espère qu’il va vite oublier les pommes et autres frian­dises 🙂 pour l’instant ça va, il qué­mande aux golfeurs d’à côté, sans suc­cès. C’est telle­ment mignon 🙂
    Je prendrai quelques pho­tos quand il sera “mon­tra­ble”…
    Merci Céline pour ton mes­sage, bises 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *