Image

Sydney Shopping

Ohlàlà, je me réjouis, je me réjouis, je me réjouis ! Nous par­tons quelques jours à Syd­ney, avec Kiwichéri, oui, A SYDNEY ! Ça va être génial ! Je google tout un tas d’info pra­tiques sur cette ville et me sens un peu stu­pide lorsque Kiwichéri me rap­pelle qu’il y a vécu à Syd­ney… mais mon malaise s’estompe en un clin d’œil lorsqu’il me dit qu’il sera mon guide privé.

Ma « to do list » d’avant le départ est établie. Ma voi­sine va venir s’occuper des ani­maux. Dans mon ent­hou­si­asme, je lui ai fourni une foule d’information et de recom­man­da­tions. J’ai quelque peu oublié qu’elle con­nais­sait la vie rurale bien mieux que moi (avec ses trente-deux hectares de terre et plus d’une cen­taine de bêtes…) et j’ai souri quand elle m’a dit qu’il n’y aurait aucun souci avec mes fifilles, avec les chiens et autres bêtes à plumes ou à poils. Elle va s’occuper de mon chez moi comme si c’était son chez elle. J’ai été très très con­tente d’apprendre qu’elle par­tait rarement en vacances et que si ça arrivait elle avait son frère pour s’occuper de son domaine… Pfiou­u­ufff, me voilà ras­surée… et surtout prête à établir ma « shop­ping list ».

Kiwichéri nous a acheté des bil­lets d’avion « seat » ce qui veut dire que nous avons droit à un bagage à mains de sept kilos cha­cun. Oups, c’est pas beau­coup, mais je vais m’organiser.

Après mon pas­sage chez le coif­feur, l’esthéticienne et mon visa en poche, me voilà fin prête pour notre périple « cure d’intoxication ».

Je pars pra­tique­ment à vide. Mon bagage de cab­ine ne con­tient même pas un kilo et mon sac à main Guess (le plus grand) puisque celui-ci ne compte pas dans le for­fait des sept kilos. J’ai sup­plié Kiwichéri de pren­dre une veste multi-poches si jamais je devais exagérer avec le shopping.

Après un vol de trois heures nous tournons trois ou qua­tre fois au-dessus de Syd­ney, la vue est spec­tac­u­laire, la ville immense. J’ai aperçu l’Opéra House et le fameux bridge. Il me tarde de les visiter.

Pas­sage oblig­a­toire au duty free shop, où j’ai acheté une bouteille de cham­pagne. Quitte à s’intoxiquer, autant le faire avec raffinement !

Hop, sauté dans le train, hop rejoint l’hôtel, et hop nous voilà par­tis en balade. Sur notre chemin pour les incon­tourn­ables à vis­iter, j’ai repéré quelques bou­tiques, noté men­tale­ment leur emplace­ment et d’un œil impa­tient leur ai lancé un « à demain » plein de promesses. Après la vis­ite de l’Opéra House (où une envie de chanter m’a prise au ven­tre, le regard sup­pli­cieux de Kiwichéri m’a retenue de lancer la note) et un petit tour au Royal Botanic Gar­den (Kiwichéri a été bien clair : non, on ne déracine rien, et non on ne grat­touille pas dans la terre pour y voler des bulbes !) nous nous sommes ren­dus au quartier des Rocks, au pied de l’Harbour Bridge. C’est jour de marché et je n’ai qu’un mot qui me vient à l’esprit et que je ne peux m’empêcher de répéter tous les cinq pas : wahooo. Je tire Kiwichéri de droite et de gauche, me fau­file dans la foule, heureuse de ce bain tant attendu. Négo­cie sans heurts les virages entre les stands, et pra­tique avec dex­térité mon freinage d’urgence. Mon agilité le sur­prend et je suis fière de n’avoir pas perdu la main (euh… les pieds je devrais dire). Les éta­lages de sou­venirs, de gad­gets et autres babi­oles me ravis­sent et j’en prof­ite pour faire mes achats de Noël (un peu en avance, j’en con­viens). Essouf­flés mais heureux (… moi en tout cas…) nous déam­bu­lons dans ce vieux quartier qui a gardé son charme d’antan.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *