Image

Coupe du Monde de Cricket

Il y a des Coupes du Monde qui mar­quent et soulèvent les foules tant l’évènement est attendu. Il y en a d’autres qui passent aussi inaperçues qu’un bour­don sur une pâquerette…

Pour­tant, le match Pakistan-Inde de la Coupe du Monde de Cricket a battu tous les records d’audience avec plus d’un mil­liard de téléspec­ta­teurs, mieux que pour la finale de la Coupe du Monde de Foot où seule­ment neuf cent mil­lions télévi­sions étaient allumées. C’est aussi un évène­ment par­ti­c­ulier en Afghanistan puisque le pays par­ticipe pour la toute pre­mière fois. Et pour­tant ça ne brasse pas plus d’air que ça…

C’est l’Inde (chez les garçons) qui était cham­pi­onne du Monde il y a qua­tre ans (et l’Australie chez les femmes). A savoir qu’en Inde, le nom­bre de joueurs de cricket est supérieur au nom­bre d’habitant de la Nouvelle-Zélande, les deux iles réu­nies… Cette année les pays organ­isa­teurs sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Il y a qua­torze équipes qui vont se dis­puter du 14 février au 29 mars 2015, la finale aura lieu à Mel­bourne, Australie.

Mais le Cricket c’est quoi au fait ? C’est onze joueurs qui euh… essayent de euh… pis y sont… euh… Bon, on va dire ça comme ça : C’est dix mecs (ou nanas hein on n’est pas comme ça) d’une même équipe qui ten­tent d’attraper la balle que le onz­ième joueur lance à pleine vitesse sur le « wicket » (le truc en bois) qu’un des deux bat­teurs de l’équipe adverse tente de pro­téger. Dans l’équipe adverse juste­ment, ils ne sont que deux à la fois sur le ter­rain, ils sont munis de batte. A chaque fois que la balle est frap­pée par une de leur batte, ils se met­tent à courir en aller-retour sur leur petite sur­face de ter­rain pour scorer. Chaque fois que le wicket-truc-en-bois se casse la fig­ure, le bat­teur se fait virer. Oust, ter­miné pour toi mon gars. Il est égale­ment dehors quand la balle est attrapée au vol par l’équipe au onze joueurs sur le ter­rain ou lorsque la balle fait tomber le wicket-truc-en-bois pen­dant que les bat­teurs courent (un peu comme au base­ball). Chaque bat­teur « out » est aus­sitôt rem­placé par un autre et ainsi de suite jusqu’à ce que toute l’équipe soit passée à la moulinette. Et ensuite HOP, on change les équipes. Celle qui bat­tait va main­tenant lancer la balle et vice versa. Ça dure des plombes ! Des plombes et des plombes !!! Pour les scores ça peut don­ner un truc comme ça :

cricket-score

C’est l’équipe d’Angleterre qui est à la batte. Ils ont déjà couru 71 fois et perdu 3 bat­teurs. L’équipe de Nouvelle-Zélande sera à la batte une fois que tous les anglais seront out. L’équipe qui gag­n­era sera celle qui aura le plus de tra­ver­sées… (on est pas arrivés j’vous dis)

Ils peu­vent scorer plus rapi­de­ment (ça fait avancer le schmil­blick plus vite) si par exem­ple la balle venait à toucher l’extrémité du ter­rain ovale, ça fait mar­quer automa­tique­ment qua­tre (qui équiv­aut à deux allers-retours des bat­teurs) et si la balle venait à atter­rir dans le pub­lic ou hors du sta­dium, là c’est directe­ment six ! Alors tout ce qu’on souhaite si on en a marre, c’est que cette satanée balle arrive par-delà le pub­lic très très sou­vent ! Et c’est là qu’un spon­sor très très malin entre en jeu…

T-shirtcatch a millionUne mar­que de bière recon­naiss­able entre mille grâce à la couleur orange de ses éti­quettes, met en jeu UN MILLION DE DOLLARS à qui, dans le pub­lic, attrapera la balle d’une main et soit por­teur du T-Shirt offi­ciel du « Catch a mil­lion » ça met de la couleur dans le pub­lic… et ça fait passer le temps de compter com­bien de gars se frot­tent au chal­lenge… Ce qui nous ras­sure, c’est de savoir qu’un match pen­dant la Coupe du Monde, ne devrait pas dépasser une journée… (à savoir que lors d’autres ren­con­tres, un match peut durer qua­tre jours… si, si… alors le Quid­ditch à côté… )

Ce qui est bien sympa par-contre c’est, comme c’est un jeu lent où il ne se passe pas grand-chose, on peut vaquer à d’autres occu­pa­tions. Tenez, nous par exem­ple, nous avons sorti nos cou­ver­tures et panier de pic-nic et sommes instal­lés dans l’herbe devant la mai­son (nous sommes en été, il fait une chaleur pas pos­si­ble !). L’écran installé par chéri nous fait face et nous dif­fuse le match, pen­dant que Chéri est en train de passer tous MES niveaux de Candy Crush sur MA tablette en m’expliquant les règles du cricket, les anec­dotes et les joueurs… Quand à moi, j’ai un bon verre de vin dans une main pen­dant que l’autre tient un livre qui n’en n’est pas moins mauvais !

Le jeu est monot­one. La voix du com­men­ta­teur est mono­corde. Mais on sent que quelque chose est en train de se passer. Le brouhaha du pub­lic s’intensifie, la voix du com­men­ta­teur accélère, l’excitation prend le dessus, on pour­rait palper la mon­tée d’adrénaline sans pour autant voir une quel­conque prouesse sur le ter­rain… Non y s’passe rien… Y’a quand-même des choses qui m’échappent. La léthargie du jeu reprend le dessus aussi rapi­de­ment que si on avait crevé un bal­lon de bau­druche… pfffttt…

Non, je con­firme, je ne com­prends pas ce jeu. Je ne com­prends pas cet engouement.

Tiens ?!? c’est mar­rant, ce petit bour­don est déjà venu butiner dix-neuf fois la même fleur en trois heures. Oui, oui, c’est le même bour­don je le recon­nais car il ne vole pas droit (oui bon même si c’est moi qui l’ai en main le verre de vin !). Je l’aime bien ce petit bour­don, je partage mon ent­hou­si­asme pour lui avec mon Chéri qui pense sérieuse­ment que je ne mets pas les pri­or­ités aux bons endroits, comme par exem­ple m’exhalter pour les Black­Caps (nom de l’équipe de Nouvelle-Zélande) qui pour­raient devenir cham­pi­ons du monde si ils con­tin­u­ent à bien jouer comme ça… rhooooo mais rhooooo il est parti mon petit bourdon…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

Comments

  1. J’adore le petit bour­don et le pique nique sur l’herbe ! Bon jusqu’à ce jour gris, je n’avais jamais rien com­pris au cricket et là je sai­sis des sub­til­ités … Quel tal­ent!
    Vu ce week end au cinéma un vil­lage presque par­fait où il est ques­tion juste­ment de cricket dans un vil­lage des Pyrénées de 120 habi­tants 🙂 à la pointe de l’actualité du 7e art miss Stiletto !

    • Rhooooo il n’est pas revenu le petit bour­don… (quant aux Black-Caps, ils l’ont gagné ce match). Samedi c’est Nouvelle-Zélande vs Aus­tralie… Pour moi ce sera Visa Card vs shop­ping ! Et si j’ai encore du temps je regarderai un vil­lage presque parfait 🙂

  2. Si j’ai bien com­pris, rien que pour com­pren­dre les règles du jeu, ça te fout une migraine pas pos­si­ble
    Autrement tout ces petits avan­tages, pic-nique , lec­ture , bronzette, tri­cot, sont très appréciables

    • Pour les règles du jeu, je dois dire que j’ai pas com­pris grand’chose… que j’ai pas écouté… et que ça paraît con­fus dès le départ…
      C’est vrai que c’est une bonne excuse pour se relaxer (si on reçoit pas la balle sur le coin de la fig­ure hein…)
      Des bises 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *